Thierry Falda, l'homme à tout faire du Proximus Spirou

Thierry Falda est l’homme à tout faire du Proximus Spirou. Carolo de souche, celui qu’on surnomme « Tchétché » au RTL Spiroudome, est essentiel dans le staff de Pascal Angillis. Interview issue du Spirou Focus N°4.

J’ai commencé à suivre le basket lors du premier titre en 1995-96. Charleroi jouait encore à la Garenne à l’époque. Et puis, par un concours de circonstances, j’en suis arrivé à faire du bénévolat dans les bureaux. C’était au début de l’année 1998, je m’occupais de l’administratif et de l’organisation des événements au RTL Spiroudome.

J’ai commencé par l’équipe nationale avec laquelle j’ai fait deux campagnes. Et ma première saison en tant que Team Manager du Proximus Spirou, c’est en 2006-07 avec Eddy Casteels. J’en suis donc à ma 11e saison.

Etre « Team Manager », c’est quoi ?

J’ai déjà fait un peu de tout ici. Etre Team Manager, c’est s’occuper de l’intendance. C’est essentiellement s’occuper des équipements (entretiens, commandes), tout ce qui tourne autour des matchs (feuilles de match, papiers en règle), etc. C’est en quelque sorte, veuillez quotidiennement au bien-être des joueurs pour qu’ils ne se focalisent que sur leur basket.

J'ai connu tous les titres du Spirou en tant que supporter. En tant qu’accompagnateur de l’équipe, j'ai connu 4 titres de championnat, 1 Coupe de Belgique et 2 Supercoupes.

C’est lequel le plus beau ?

Un titre, ça se vit. C’est beaucoup d’émotions. Forcément, le premier a une saveur particulière. On bat Bree en 3 manches. C’était quelque chose d’unique. Je retiens aussi la qualification en EuroLeague. On jouait deux fois par semaine et trois semaines de suite. C’était vraiment spécial.

Quel est le joueur ou le coach qui vous a le plus marqué ?

Tous les coachs m’ont marqué par leur philosophie. Mais il est vrai que j’ai eu plus d’affinités avec certains que d’autres.

Le joueur, je ne sais pas. J’en ai tellement vu passer, qu’en sortir un du lot m’est impossible. Avoir connu Ron Ellis, Damir Krupalija, Jerry Johnson ou Matt Walsh, c’est une fierté. André Riddick aussi, bien sûr. Il faisait partie des meubles avec Justin Hamilton. Comme moi, André et Justin vivaient ici et faisaient partie des meubles.


Belgian Championship
Belgian Championship
Belgian Championship
Belgian Championship
Belgian Championship
Belgian Championship
Belgian Championship
Belgian Championship
Belgian Championship
Belgian Championship

10x Belgian Championship

Belgian Cups
Belgian Cups
Belgian Cups
Belgian Cups
Belgian Cups

5x Belgian Cup

Partenaire CPH - Logo